Jérôme va goûter à la Dolce Vita le temps d’un week-end à Rome. La capitale italienne n’a rien perdu de sa superbe. Rome fascine toujours, par sa beauté, sa culture, sa gastronomie mais aussi et surtout par son Histoire.

Jérôme déambule en scooter dans les rues de Rome sur la place Navona, il fait la connaissance de Capucine, expatriée française.
Ensemble, ils se promènent sur la place du Tertre, célèbre pour ses artistes de rue et ses trois fontaines.
Une fois installé dans sa chambre d’hote, Jérôme poursuit sa visite, et passe l’imposant portail des jardins de la Villa Borghèse. Il y retrouve Alberta Campitelli, responsable des espaces verts de Rome.
La Villa Borghèse accueille également en son sein un bâtiment qui fait la fierté des Français : la Villa Médicis occupée depuis plusieurs siècles par l’Académie de France.

Jérôme a maintenant rendez-vous avec Sandro, éleveur de chevaux. Ils sortent les chevaux de leur box pour les atteler.
La balade commence sur la Via Appia Antica, la route antique la plus célèbre et l’une des mieux conservée.
Sandro raconte à Jérôme l’Histoire de cette route mythique, jonchée de vestiges romains.

Sandro conseille à Jérôme d’aller prendre un cours de combat de légionnaire chez une association de reconstitution historique…

Jérôme retrouve Capucine mais cette fois dans un quartier moins connu des touristes et hors des sentiers battus : le quartier de Coppedè.

Ce n’est pas un quartier à proprement parler mais un coin de Rome aux formes insolites et bizarres, un mélange fantastique d’Art nouveau avec des infiltrations d’art grec, gothique, baroque et même médiéval.

Capucine et Jérôme vont au marché piazza Alessandria, bien connus des Romains (et moins touristique que le Campo Di Fiori).

Après le marché, Jérôme accompagne Capucine chez elle. Là-bas, il fait la connaissance de Giuseppina, la belle-mère italienne de Capucine. Elle propose à Jérôme de lui apprendre à cuisiner un plat typiquement romain : les pâtes à l’Amatriciana.

Après ce repas, Jérôme se promène dans les rues de Rome. Il rentre dans une boutique, située à seulement quelques rues du Vatican. L’emplacement n’est pas dû au hasard, il s’agit d’une boutique de vêtements ecclésiastiques, l’entreprise Mancinelli. Le tailleur Raniero Mancinelli s’occupe de faire les vêtements du Pape.

Roberto propose à Jérôme une véritable plongée dans l’Histoire de Rome. Pour cela, Jérôme revêt un équipement de spéléologie.
Ensemble, ils vont découvrir les catacombes de San Sentatore, à Albano Laziale, une ville à quelques kilomètres au sud de Rome.
Ces catacombes, à l’origine des carrières sur la Via Appia, sont devenues le lieu de sépulture des chrétiens au IIe siècle. Mais plus qu’un simple lieu d’enterrement, les catacombes étaient également un lieu de vie à part entière…

La tradition du cinéma est forte à Rome. Rome a souhaité l’ancrer définitivement en 1937, avec l’inauguration des Studios Cinecittà. Pendant des années, ces studios ont marqué l’histoire du cinéma, grâce à des films comme Ben-Hur ou la Dolce Vita. Federico Costantino, scénographe assistant du plus grand scénographe italien Dante Ferretti invite Jérôme à visiter ces studios.

Avant de conclure son séjour, Jérôme se plie à la tradition… Il jette une pièce dans la fontaine de Trevi, pour être certain de revenir une nouvelle fois à Rome.

source

Translate »